graphisme.design

Cycle de conférences, dirigé par Félix Müller, donnant la parole à des professionnels de qualité pour présenter leurs partis pris et leurs projets de design graphique et de typographie.

Les Graphiquants

| 12 décembre 2012 | 18h30 | salle A1-172 | image

DANSE, danse
Cette année, l’atelier a été amené à travailler sur deux projets partageant un thème commun: la danse. D’un côté la 15éme Biennale de Danse de Lyon, populaire et hautement événementiel. De l’autre le Centre National Chorégraphique de Nancy, institution culturelle historique à la programmation exigeante.
Bien que chacune de ces danses se dessine en typographie, chacun de ces projets porte ses propres questions et nous amène à redéfinir nos images pour occuper des territoires quasi opposés.

Biographie
Les Graphiquants développent depuis 2008 un travail empreint de considérations tactiles, formaliste et poétique où l’abstraction géométrique et les jeux typographiques occupent une place récurrente.
«Il nous faut du vivant. Nous assemblons dans un cadre.
Nos polices sont des objets avant d’être des lettres. Nos photos sont des décors.»
Maxime Tétard et Romain Rachlin, les deux graphistes plasticiens qui assurent la direction artistique des Graphiquants depuis leur rencontre à l’ENSAD, ne refusent pas la communication, mais ils se méfient de la «com». Ils font la différence entre «dire» et «informer». Cyril Taïeb et François Dubois assurent quant à eux la coordination de tous les projets graphiques et web.
Dès 2009, ils sont repérés avec l’affiche Floating (réalisée avec François Kenesi). Commandée par Metrobus et diffusée sur le réseau SNCF et RATP, cette image occupe depuis les espaces publicitaires laissés vacants par la crise.
Au même moment le Familistère de Guise, développé depuis 2 ans en collaboration avec Sabie Rosant, est inaugurée. Le bâtiment réhabilité en musée expose la pensée utopiste de Jean-Batiste Godin et fait la part belle à la “data visualisation”.
Depuis, ils collaborent sur de nombreux projets d’éditions, des projets culturels et événementiels notamment avec le CNAP, le Centre Pompidou Paris et le Centre Pompidou Metz (signalétique des expositions Chefs d’oeuvre, Mondrian-De Stijl, Gerhard Richter), avec le ministère de la Culture (Journées européennes du patrimoine 2012), Sèvres, cité de la Céramique, ou la biennale de Danse de Lyon. Dernièrement, ils conçoivent la nouvelle maquette d’un numéro spécial de Elle Déco dédié aux nouvelles tendances: Elle Déco Lab.

www.les-graphiquants.fr

Christophe Pillet

| 5 décembre 2012 | 18h30 | salle A1-172 | image | vidéo

Christophe Pillet présente son travail.
D’abord tenté par une carrière musicale, il est diplômé en 1985 de l’ENSAD de Nice, puis en 1986 de la Domus Academy de Milan où il a rejoint la grande famille du design italien. Il côtoie le groupe Memphis, assiste Martine Bedin, Michele de Lucchi. En 1988, revenu à Paris, il travaille avec Philippe Starck, et en 1991 xO édite son mobilier. Il crée sa propre structure en 1993 et se voit immédiatement élu Créateur de l’année. Le VIA lui décerne une Carte Blanche en 1994. Ces succès lui confèrent vite un statut international qui ne sera plus démenti. Son style clair, net et élégant, forgé à l’école italienne, s’affirme dans les nombreux champs qu’il exploite : mobilier, objet, architecture intérieure, scénographie, direction artistique. Sa production est imposante, il y a peu de grandes marques avec lesquelles il n’ait collaboré, de Cappellini à Lancel, de JC Decaux à Lacoste. Ses créations nous sont souvent familières, tel le fauteuil «Sunset», ou le «Y’s», et se sont installées avec évidence dans le paysage sans frontières du design.

www.christophepillet.com

Ypsilon Editeur

| 28 novembre 2012 | 18h30 | salle A1-172 | image

«Approchant d’un rite la composition typographique»
Intervention d’Isabella Checcaglini

Au commencement, le Coup de Dés, qui est la pierre angulaire des rapports entre littérature et typographie et des projets d’Ypsilon.
Deux questions me tiennent à cœur: qu’est-ce que la littérature apporte à la typographie ? Qu’est-ce que la typographie apporte à la littérature?
Il s’agit de se confronter aux liens invisibles et manifestes que les lettres entretiennent avec la lettre, la mise en page avec la page, la lisibilité avec la lecture, l’esthétique avec l’éthique.
Un travail d’équipe est indispensable: Sébastien Morlighem, historien de la typographie, & Pauline Nuñez, graphiste, partagent avec moi cette recherche de la pierre philosophale!

Biographie
Isabella Checcaglini est née en 1975 à Foligno (petite ville italienne où en 1472 la Divine Comédie fut imprimée pour la première fois), elle vit à Paris depuis 1994. Docteur ès lettres (avec une thèse sur Mallarmé), elle fonde Ypsilon Éditeur en 2007. Depuis elle se consacre jour et nuit au métier d’éditeur.

www.ypsilonediteur.com

Marie Christine Dorner

| 21 novembre 2012 | 15h30 | salle A1-172 | image | vidéo

«Matière Matters»
Marie Christine Dorner est diplômée de l’Ecole Camondo en 1984. Elle part vivre au Japon où elle rencontre l’éditeur Teruo Kurosaki, et produit en 1986 une collection de meubles pour «Idée». Installée à Paris, elle réalise en 1988 La Villa à Saint-Germain-des-Prés, premier hôtel parisien «design», en 1990 la tribune présidentielle du 14 juillet, toujours en fonction, et le restaurant de la Comédie Française, et conçoit en 1994 un important mobilier urbain à Nîmes. Elle a reçu en 1995 le Grand Prix du Design de la Ville de Paris. Marie Christine Dorner est aussi co-fondatrice du département Design de l’ESAD de Reims. Elle vit ensuite à Londres de 1996 à 2008, où son activité va se déployer: aménagements d’appartements privés, de bureaux, de boutiques, et de plusieurs ambassades de France. Elle enseigne au Royal College of Art et à Central Saint Martins. En 2004 sa collection «Une forme, One shape» est exposée en France et au Japon. Réinstallée à Paris, cette représentante perfectionniste de la «french touch», qui place toujours la matière et les savoir-faire d’exception au centre de son travail, poursuit ses collaborations: Baccarat, Bernardaud, Montis, Ligne Roset, Zeus… Marie Christine Dorner a été nommée en 2012 Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres.

www.dorner-design.com

Toan Vu-Huu

| mercredi 23 mai 2012 | 18h30 | salle A1-172 | image

10 ans à Paris
Toan Vu-Huu est un graphiste allemand, il s’installe à Paris en 2002. Pour la conférence, il présentera son parcours professionnel et ses aventures dans la conception graphique et typographique.

Biographie
Toan Vu-Huu est graphiste indépendant et enseignant. Né en Allemagne, il vit et travaille à Paris. Après ses études en arts appliqués, il rejoint l’atelier Intégral Ruedi Baur et associés à Paris, au sein duquel il reste 5 ans. Il y prend en charge des projets tels que l’identité de l’aéroport de Cologne Bonn et de la Cinémathèque française.
En 2005, il crée son propre atelier avec l’envie de poursuivre une pratique pluridisciplinaire — identité visuelle, signalétique, scénographie, édition et nouveaux médias — et continue d’apporter un regard singulier sur le contenu, son sens, sa forme graphique et son expression typographique. 
Ses commanditaires sont principalement issus du domaine culturel: l’École Estienne, Sciences Po, la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, la Cité des Sciences,  le Familistère de Guise, le Centre d’art contemporain de Clichy ou encore la Galerie Joseph Tang. Son travail éditorial l’a amené à travailler pour des artistes contemporains comme Christian Boltanski, Sophie Calle, Alain Huck ou Walid Raad.
Son travail est régulièrement primé et exposé internationalement (Type directors club de Tokyo, Selected A, Biennale de Brno, Triennale de Trnava, Triennale de Toyama); et publié dans la presse et l’édition spécialisées (Étapes, Intramuros, Graphê, Graphic, Novum, Slanted, Gestalten).   
En 2006, il souhaite transmettre sa passion pour la typographie et commence donc à enseigner à l’École supérieure d’art et design d’Amiens, puis à l’École nationale supérieure des arts décoratifs de Paris. Il est fréquemment invité à donner des conférences, animer des workshops ou à participer à des jury de diplômes en France et à l’étranger.
Depuis 2008, il réalise un nombre grandissant de projets avec son associé André Baldinger sous le nom de Baldinger•Vu-Huu.

www.toanvuhuu.com
www.baldingervuhuu.com

Morgane Rébulard

| mercredi 9 mai 2012 | 18h30 | salle A1-172 | image

Graphiste et dessinatrice de caractères, elle est diplômée de l’École Estienne (DMA option Typographie – 2008) et de l’ÉSAD d’Amiens (DNSEP – 2010). Elle a été formée en dessin de caractères par Franck Jalleau à l’Imprimerie nationale (2007-2011) et participe depuis 2009 à un projet de recherche autour d’une graphie de la langue des signes (GestualScript). Après avoir travaillé pour divers studios de création, elle s’est associée a Colin Caradec pour créer The Shelf Company. Un atelier graphique/maison d’édition qui vient tout juste de sortir le premier numéro de The Shelf Journal, revue semestriel bilingue sur le design éditorial et le graphisme dans le livre.

D’objets noirs et de choses carrés.
La “bois sans soif”, la téméraire.
Elle est de nature studieuse, opiniâtre et méticuleuse.
Mais ne s’intéresse guère au cas de Madame Robert.

Du dessin de caractères à la création d’une revue.

www.theshelf.fr

Mathilde Bretillot

| mercredi 28 mars 2012 | 15h30 | salle A1-172 | image | vidéo

Design / Infiltration

Née à Paris en 1959, Mathilde Bretillot est diplômée de l’Ecole Camondo en 1984. Elle commence sa carrière à Milan avec Martine Bedin, et Michele de Lucchi dans le groupe Solid, la poursuit en 1988 à Londres avec Ross Lovegrove, intègre en 1991 l’agence de Philippe Starck, puis s’installe en indépendante en 1994. Elle fonde Mathilde Bretillot Créations en 2010. Créatrice plurielle et singulière qui met la dimension relationnelle au coeur de la production du design, elle crée aussi bien des bijoux pour Christofle, un lustre pour Baccarat, un restaurant à Séoul ou une scénographie au Musée des Beaux-Arts d’Angers. Mathilde Bretillot a été professeur et coordinatrice du design à l’ESAD de Reims de 1994 à 2006, et de 2006 à 2010 membre de la Mission des Métiers d’Art pour le Ministère de la Culture et de la Communication. Elle enseigne à l’Ecole Camondo et intervient à La Cambre à Bruxelles. Sa pertinente exposition «Objets siamois» en 2010 à la galerie Gilles Peyroulet a conforté sa place éminente dans le design hexagonal. Son mobilier «Parades», Aide à la Création VIA 2012, est exposé à la galerie du VIA.

www.mathildebretillot.com

Arik Levy

| mercredi 11 avril 2012 | 15h30 | salle A1-172 | image | vidéo

crédit photo: kleinefenn@ifrance.com

Ressentir avant de voir

«La création est un muscle incontrôlé» dit Arik Levy (1963)

Artiste, technicien, designer, photographe, réalisateur…les talents de Levy sont multiples et ses oeuvres sont exposées dans des galeries et des musées parmi les plus prestigieux au monde. D’abord connu pour ses projets dans le domaine du mobilier, ainsi que pour ses installations et à ses créations en série limitée, Levy estime, néanmoins, que «Ce qui compte au monde ce sont les personnes, non pas les tables ou les chaises.»

Originaire d’Israël et installé en Europe depuis 1988, Levy travaille actuellement à Paris avec son équipe de 20 designers et graphistes au sein de son studio Ldesign. Grâce à sa vision et à celle de son associé, Pippo Lionni, Ldesign s’occupe aussi bien de projets d’identité visuelle, signalétique et packaging, que de scénographies d’exposition et aménagements d’intérieur.
Après une formation initiale assez atypique – en Israël il partageait son temps entre le surf et son agence de design graphique – Arik continue ses études au Art Center Europe en Suisse où, en 1991, il obtient son diplôme en Design Industriel avec mention.
Il obtient son premier succès international en gagnant le concours Seiko Epson Inc., grâce auquel il fait son entrée sur la scène internationale en tant que designer «pensant».
Après une courte période au Japon, où il consolide ses idées en réalisant des produits et des pièces d’exposition, il rentre en Europe où il applique son talent au milieu de la danse contemporaine et de l’opéra en créant des scénographies originales.

La création de son agence en 1997 marque le retour d’Arik Levy à ses premières passions, l’art et le design industriel. Renommé pour son design de mobilier et luminaires dans le monde entier, Arik Levy a aussi créée une ligne de vêtements et accessoires high-tech pour des sociétés en Asie.

Arik Levy, qui se considère un créateur « qui ressent » continue d’avoir un impact substantiel sur notre milieu intérieur et extérieur, son oeuvre comptant sculptures publiques – tels le Rock, sa pièce-signature – et environnements à usage multiple.

«La vie est un système de signes et de symboles, – dit-il -, où rien n’est tel qu’il paraît»

www.ariklevy.fr

Jean-Baptiste Levée

| mercredi 22 février 2012 | 18h30 | salle A1-172 | image

Quel est le sens de la vie?
Comment trouver le grand amour?
Et finir quelques projets?

Ce sont ces questions, et quelques autres, auxquelles on tentera de répondre par la présentation d’une poignée de réalisations récentes. La création de caractères typographiques n’opérant pas ex nihilo, les problématiques et les enjeux afférents seront analysés. Dans le but de documenter une pratique quotidienne de la création typographique, les références, sources d’inspirations et méthodologies de travail seront exposées via des projets récents.

www.jblt.co
www.batfoundry.com
www.atypi.org
www.zone-opaque.org
www.esam-c2.fr

accès

Département Arts Plastiques
Université Paris 8 – Bâtiment A
2 rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis
Métro: Saint-Denis – Université
maps