graphisme.design

Cycle de conférences, initié par Alain Cieutat et Félix Müller, donnant la parole à des professionnels de réputation autour des problématiques du design et de la typographie.

Typomorpho

| mercredi 12 octobre 2016 | 18h30 | salle A1-172 | image

Design graphique / Typographie / Dessin de caractère.

Perrine Saint Martin Designer graphique & dessinatrice de caractères, enseignante à l’École Supérieure d’Art des Pyrénées — Pau & François Chastanet Architecte DPLG & designer graphique, enseignant à l’Institut Supérieur des Arts de Toulouse — IsdaT, co-fondateurs de l’atelier TypoMorpho.

TypoMorpho est un atelier de conception graphique basé à Bordeaux composé d’un architecte, d’un designer graphique et d’un web designer. Quel que soit le support, cette équipe propose une méthodologie globale articulant architecture, objet et signe. Croisant typologie architecturale et morphologie urbaine, la «typomorpho» ou «morphotypo» est initialement un principe de lecture des formes d’organisation de l’espace, ouvert à l’étude de toute espèce de territoire aménagé par l’homme. L’intégration de cette approche dans le champ du design graphique permet de développer des réflexions à l’échelle du signe sur l’évolution de la communication visuelle en contexte urbain, entre palimpseste historique et suburbanisation actuelle: par extension la «typomorpho» comme étude des formes typographiques.

À partir notamment des projets signalétiques de l’aéroport low cost de Bordeaux et du Théâtre-Sénart / Scène Nationale, Perrine Saint Martin & François Chastanet reviendront sur les enjeux croisés entre architecture & dessin de signes et plus spécifiquement sur les problématiques de contextualisation. Ils présenteront également leur pratique en dessin de caractères qu’ils effectuent en parallèle du travail de commande, sur les sans sérifs de labeur et une réflexion sur les ductus contemporains.

Alice Savoie

| mercredi 21 octobre 2015 | 18h30 | salle A1-172 | image

Entre pratique et recherche, Alice Savoie nous parlera de son parcours de créatrice de caractères et de chercheure. Elle présentera une sélection de projets de créations typographiques, parmi lesquels le Bogartes, proposition finaliste de la commande publique d’un caractère typographique lancée par le Centre National des Arts Plastiques en 2014 et retenu aux côtés des projets de Sandrine Nugue (lauréate) et de Damien Gautier.

Biographie
Alice Savoie est créatrice de caractères indépendante et chercheure en histoire de la typographie. Diplômée de l’École Estienne et de l’Université de Reading, elle s’est spécialisée dans la création de caractères multiscriptes et d’identité. Elle collabore avec de nombreuses fonderies internationales (Monotype, Process Type Foundry, Tiro Typeworks, OurType). Ses recherches historiques visent à étudier la relation entre création typographiques et évolutions technologiques, thème auquel elle a consacré son travail doctoral achevé en 2014 à l’Université de Reading. Elle enseigne actuellement le dessin de caractères à l’Atelier National de Recherche Typographique (Nancy) et au sein du Post-Diplôme Typographie et Langage de l’Ésad Amiens.

frenchtype.org

Julien Priez

| mercredi 4 novembre 2015 | 18h30 | salle A1-172 | image

Biographie
Julien Priez –né en 1986 à Montreuil– étudie le graphisme, la calligraphie & le design typographique entre 2004 et 2010 à Eugènie Cotton Montreuil puis à l’école Estienne Paris. Trois ans typographe freelance –chez l’atelier Pierre Di Sciullo, Chévara et Müesli–, deux ans salarié chez Fontyou. Sa première fonte –Le Mandinor– est publiée en juin 2014. Il travaille aujourd’hui en tant que @boogypaper –calligraphe, dessinateur de caractères, graphiste indépendant– et enseigne dans plusieurs écoles à Paris.

www.julienpriez.com

Sandrine Nugue

| mercredi 25 novembre 2015 | 18h30 | salle A1-172 | image

Biographie
Sandrine Nugue est née en 1985. Après un BTS à l’école Estienne, elle poursuit son cursus à l’École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg où elle se passionne pour les mécanismes de la lecture et conçoit un caractère pour une lecture rapide et intuitive des sous-titres de film. Elle décide de se spécialiser en création de caractères typographiques en rejoignant le post-diplôme «Typographie & Langage» à l’École supérieure d’art et de design d’Amiens où elle dessine le caractère Ganeau (une famille de latines en différents corps optiques). Elle est diplômée en février 2013 et, depuis cette date, elle collabore avec des créateurs de caractères et travaille en tant que designer graphique indépendante.

sandrinenugue.com

Olivier Nineuil

| mercredi 6 mai 2015 | 18h30 | salle A1-172 | image

Émotions & intuitions typographiques
[…] Mon cheminement typographique est alimenté de ces «petites histoires typographiques». Récits d’aventures, réelles ou imaginaires. Issus de l’anamnèse de mes commanditaires. Somme de conjonctures, de «contextures». Je restitue en miniature dans les formes alphabétiques, des rémanences de ces histoires. Je dépose ici et là, des éclats, des lueurs. Autant de détails – plus ou moins prégnants – qui créent un climat, provoquent une émotion de lecture et une souvenance typographique. La création typographique est sans aucun doute un art du détail. À ce titre, une discipline «impressionniste», faite de retenues et d’élans minuscules.

Biographie
Olivier Nineuil est co-fondateur, associé de Typofacto. Il est dessinateur de caractères typographiques, auteur, éditeur et animateur de workshops sur la création typographique.
Depuis 1985, Olivier Nineuil dessine des polices de caractères typographiques exclusivement sur commande, pour des artistes, des éditeurs et des entreprises. A ce titre, Olivier Nineuil est un créateur discret, porte-parole typographique de ses commanditaires. Il est surtout un créateur éclectique et prolifique (plus de 200 familles de caractères).
Il a créé dernièrement des alphabets d’identité pour la compagnie Air France (avec l’agence de design Brandimage), pour des institutions telles que le Comité national olympique français ou la Fédération française de tennis (avec l’agence de design Leroy Tremblot), et dans le domaine de l’édition, il a récemment créé la typographie Jean Giono (avec Sylvie Giono) pour les éditions Hatier.
En marge de ces créations, Olivier Nineuil est particulièrement engagé dans le développement de la typographie en France. Il enseigne dans différentes écoles d’art, le dessin de caractères et ce qu’il nomme la «maïeutique typographique». Il anime des ateliers pour «faire aimer la lettre» en classes maternelle et primaire, avec son complice instituteur Serge Selvestrel. Il organise des conférences et des événements autour de la typographie, dont cette exposition rétrospective de l’œuvre du typographe Albert Boton, à l’ESAD d’Amiens en 2012. Il est enfin, vice-président des Rencontres internationales de Lure.
Engagé dans la valorisation du patrimoine typographique et dans la transmition des savoir-faire, Olivier Nineuil anime au sein de «Typofacto», une activité d’édition, consacrée au domaine de l’écriture (monographies, essais, fictions, livres jeunesse). Les 3 premiers volumes à paraître, début 2016, sont un manuel de création typographique par Albert Boton et Olivier Nineuil, une monographie du typographe Albert Boton, et un ouvrage consacré aux exotypes, par Jean Alessandrini.

www.typofacto.com

Building Paris

| mercredi 25 février 2015 | 18h30 | salle A1-172 | image

Après deux ans de travail commun, nous ferons le bilan, calmement, en se remémorant chaque moment.

Biographie
Après avoir obtenu notre diplôme, respectivement en 2003 et en 2004, à l’École nationale supérieure des arts appliqués et des métiers d’art (ENSAAMA) Olivier-de-Serres, nous travaillons dans différentes agences de design graphique, en France et en Angleterre.
En 2012 nous fondons Building Paris, un studio de communication et de design graphique sensible aux porosités entre les différents champs du design. Entourés d’un réseau de collaborateurs (graphistes, typographes, développeurs, photographes, designers, architectes), nous travaillons sur des projets d’édition, d’identité visuelle et d’exposition, aux sujets et aux échelles variés, où la contrainte (temporelle, économique, matérielle, etc.) est un élément moteur du processus créatif. Nous sommes animés par un souci du détail typographique et convaincus que le design doit avant tout se mettre au service d’un contenu, auquel nous sommes particulièrement attentifs.
Notre production, marquée par un goût prononcé pour l’évidence, veille à ne pas s’enfermer dans un style ou une mode et à s’adapter à chaque contexte. Comme le dit si bien Renaud Huberlant: «Générer du contenu ne peut se faire que si on comprend ce sur quoi on travaille. C’est une question de procédure, pas d’esthétique. Cela signifie : si les choses sont bien pensées, les formes seront bonnes.»
Dans la continuité de notre pratique du design graphique, nous enseignons depuis 2008 la communication à l’École d’architecture de la ville & des territoires à Marne-la-Vallée, pour laquelle nous concevons la revue Marnes, documents d’architecture. Nous sommes régulièrement invités à donner des workshops et des conférences et à participer à des jurys dans des écoles d’art et de design.

www.buildingparis.fr

Yoann Minet

| mercredi 5 novembre 2014 | 18h30 | salle A1-172 | image

Cette conférence sera l’occasion d’aborder son processus de création de caractères à travers différents projets et collaborations, comme l’Ostia, dessinée avec Hugo Anglade, Laure Afchain et Thomas Petitjean pour le catalogue de l’exposition «Pasolini Roma» présenté en 2013 à la Cinémathèque française à Paris, ou plus récemment un caractère dessiné avec Emmanuel Labard dans le cadre de l’exposition Filmer la guerre — Les soviétiques face à la Shoah, qui ouvrira en janvier 2015 au Mémorial de la Shoah à Paris.

Biographie
Diplômé en 2013 du DSAA Design Typographique de l’école Estienne à Paris, Yoann Minet complète sa formation à Bâle chez Ludovic Balland Typography Cabinet. Aujourd’hui, il travaille principalement comme dessinateur de caractères, en particulier pour la fonderie parisienne Production Type créée en 2014 par Jean-Baptiste Levée.

Pierre di Sciullo

| mercredi 2 avril 2014 | 18h30 | salle A1-172 | image

Comment et pourquoi j’écris en grand
Les actualités de l’atelier, les projets et réalisations récentes ou en cours ont tous un lien avec l’écriture. L’écriture comme laboratoire de l’apprenti-poète, l’écriture comme source d’images ambivalentes et polymorphes. J’explore les rudiments du langage, les rapports entre le son et la forme, entre phonème et graphème, entre la parole et le mot dans le texte même, dans la lettre même. Dès que le contexte est favorable je conjugue le malaxage de la langue quotidienne avec la création typographique pour observer les mots, les locutions, pour détourner les slogans et les injonctions qui nous entourent. Inversions, substitutions, néologismes, consonances et décalages participent à la corrosion du sens commun. J’incite le spectateur à jouer avec l’oeuvre pour en percer les énigmes et en extraire une potentialité inattendue. Je ne crois pas à la fable de la neutralité du signe, je tente au contraire de révéler la place du corps dans le processus de lecture, mon corps et celui du lecteur.

Biographie
Pierre di Sciullo, graphiste et typographe, développe depuis une dizaine d’années ses projets dans l’espace public. Sculptures typographiques, dessins de façades, signalétiques, enseignes : ces cristallisations de l’écriture se déploient l’architecture et dans la rue. Les recherches sur l’incarnation de la voix dans l’écriture et sur le poids des slogans donnent naissance à des affiches imprimées ou peintes. Ses productions interpellent à la fois le lecteur, le citoyen et le joueur.

www.quiresiste.com

Helmo

| mercredi 14 mai 2014 | 18h30 | salle A1-172 | image

Variation, combinatoire, mutation, aléatoire…
« Notre penchant pour la variation n’est pas systématique […] . Mais dans certains cas – diffusion massive ou affichage de longue durée –,  […], il nous semble que la variation fonctionne un peu comme une reformulation successive du même propos, et ainsi lui confère un aspect plus équivoque, complexe, en mouvement… et donc plus vivant. La répétition dans l’affichage public, principalement occupé par les messages publicitaires, a quelque chose de mortifère, de mécanique, c’est une injonction permanente et invariable.
La question revient souvent avec certains de nos commanditaires : une seule affiche massivement diffusée n’est-elle pas plus «efficace» que plusieurs versions différentes dispatchées dans le même réseau ? La notion d’»efficacité» est en elle-même assez délicate : que s’agit-il de mesurer exactement dans le rapport d’un individu à une affiche ? Le nombre de secondes pendant lesquelles ses yeux rencontrent l’image ? La quantité d’informations qu’il en aura retenue (nom de l’évènement… dates… n° de téléphone…) ? Nous pensons plutôt qu’une affiche «efficace» est celle qui met l’esprit en mouvement, qui organise le monde dans une représentation singulière et un agencement inhabituel. La plupart de nos affiches sont complexes, elles proposent plusieurs niveaux de lecture possibles. C’est ce que nous cherchons, entre autres par le biais de la variation, et qui nous semble plus «efficace» qu’un matraquage qui fait le pari d’un individu ne répondant qu’au stimulus/réaction animal. […] »
(extrait de « Helmo, Design graphique, ping-pong et géologie » — Éditions UFR arts – Strasbourg.)

Biographie
Helmo est un duo de graphistes indépendants composé de Thomas Couderc et Clément Vauchez.
Ils se sont rencontrés en 1997, pendant leurs études à Besançon.
En 1999, ils s’installent à Paris, et poursuivent leur formation de manière différente : Clément étudie la typographie pendant 2 ans (DSAA typographie à l’école Estienne), puis travaille chez Gédéon (agence d’habillage télé). Thomas travaille en 2000 avec Malte Martin (travail d’image pour 2 théâtres), puis rejoint l’équipe d’H5 jusqu’en 2002, puis s’installe en tant que graphiste indépendant.
En 2003, avec Thomas Dimetto, ils fondent “la bonne merveille”, collectif-trio de design graphique. Le trio travaille à 6 mains pendant 4 ans, puis se sépare en 2007, dans le souci de préserver la liberté d’expression de chacun des membres.
Thomas Couderc et Clément Vauchez, fondent alors Helmo.
Ils travaillent dans le champ élargi du design graphique : création d’images, affiches, signalétique, typographie, design éditorial… Ils collaborent principalement avec des institutions culturelles et des festivals en France.
Helmo est installé à Montreuil, France.

www.helmo.fr

Anglade, Petitjean, Stevenot

| mercredi 18 décembre 2013 | 18h30 | salle A1-172

Hugo Anglade, Thomas Petitjean et Antoine Stevenot.

Après des études d’architecture et de communication visuelle, Thomas Petitjean s’installe en tant que designer graphique à Paris en 2005. Il fonde dès 2007 l’atelier Hey Ho. En 2011, il prend la direction artistique de Maquette & Mise en page. En septembre 2012, Hugo Anglade rejoint le studio après des études à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon. En avril 2013, Antoine Stevenot, diplômé des écoles Duperré et Estienne, intègre l’équipe.

La conférence sera l’occasion de présenter les derniers travaux conçus à l’atelier, les contextes dans lesquels ils sont nés et la nouvelle structure que s’apprête à fonder les trois designers. À travers cela, seront sûrement évoquées les limites d’un champ d’action et la difficulté de son décentrement.

www.maquetteetmiseenpage.fr

Frédéric Teschner

| mercredi 13 novembre 2013 | 18h30 | salle A1-172 | image

Design graphique de situation
Je proposerai dans cette conférence d’expliciter ma démarche et la position que je tente d’occuper dans le champ du graphisme.
La prise en compte du contexte (géographique, social et culturel) de chaque projet détermine mon positionnement en tant que graphiste dans le processus de travail et de création.
La qualité de la rencontre avec le commanditaire, l’écoute et l’attention portée aux contenus des projets sont en effet des points fondamentaux dans l’élaboration du projet graphique.
J’aborderai en particulier la façon dont l’expérimentation plastique touchant à la matérialité et à la texture des images et des documents – qu’ils soient imprimés ou numériques – sert de  fil conducteur dans le déploiement d’un langage visuel propre à ces différents projets, dans des domaines aussi variés que l’édition, la signalétique d’exposition ou l’identité visuelle.

Biographie
Né en 1972, diplômé de l’École nationale supérieure des arts décoratifs de Paris en 1997, il ouvre son studio en 2002 et collabore avec des architectes (AAS, Paris/Berlin), des designers (François Azambourg, Pierre Charpin, David Dubois, Martin Szekely), de jeunes chorégraphes (Katalin Patkaï), des galeries (galerie In Situ, Galerie kreo, Galerie Vallois) et le Théâtre de Gennevilliers.
À partir de 2003, il conçoit les identités visuelles de plusieurs expositions pour le Centre Pompidou, le Mémorial de la Shoah à Paris, le MAC/VAL à Ivry-sur-Seine, le Musée d’art moderne de la Ville de Paris.
Il travaille également avec des centres d’art (villa Noailles, Cneai, DCA, Association de centres d’art contemporain) ou des institutions du ministère de la Culture et de la Communication telles que le CNAP (Centre national des arts plastiques) ou la DAP (Direction des arts plastiques).
En 2008, il a conçu l’affiche du Festival International de l’affiche et du graphisme de Chaumont 
et l’identité graphique de l’exposition La Force de l’art 02. 
Depuis 2008, il a collaboré avec le centre d’art de Chelles, Les Eglises, pour lequel il a conçu l’identité visuelle ainsi que les affiches et catalogues des expositions.
Plus récemment, en 2013, le centre d’art contemporain la Passerelle à Brest vient de lui confier la refonte de son identité visuelle et de son site internet.
Frédéric Teschner enseigne aujourd’hui le design graphique en master Espace-Communication à l’HEAD de Genève, ainsi qu’à L’Ecole nationale supérieure de création industrielle (Ensci) à Paris.
Membre de L’AGI (Alliance Graphic International) depuis 2010, son travail a été présenté dans plusieurs expositions collectives et a fait l’objet de trois expositions monographiques : à l’ESAD d’Amiens (2010), à la Bibliothèque universitaire du Havre dans le cadre d’« Une saison graphique » (2011) et à la Maison d’art Bernard Anthonioz à Nogent-sur-Marne sous le commissariat d’Etienne Bernard (2011).
En 2012, il a remporté le Premier Prix du Concours international du Festival de graphisme et de l’affiche de Chaumont.

www.fredericteschner.com

Johannes Bergerhausen

| 6 mars 2013 | 18h30 | salle A1-172 | vidéo

Decodunicode
Ce livre incroyable composé avec 66 fontes réunit l’ensemble des 109 242 caractères de la norme Unicode 6.0. L’ouvrage a été récompensé l’an passé par le prix Best of Show lors de la compétition annuelle des European Design Awards, pour son approche complexe et unique du sujet, et bien sûr son excellence graphique et typographique.

Biographie
Johannes Bergerhausen (1965) a étudié le design de communication à l’université des Sciences appliquées de Düsseldorf. De 1993 à 2000, il a vécu et travaillé à Paris, entre autres avec Gérard Paris-Clavel et Pierre Bernhard. En 1998 il a reçu une bourse du Centre National des Arts Plastiques pour son travail de recherche sur le code ASCII. Il a été invité pour des conférences à Amiens, Beirut, Berlin, Bruxelles, Dubaï, Francfort, Londres, Paris, Prague, Rotterdam, San Francisco et Weimar.
En 2000, il est rentré en Allemagne et a ouvert son atelier à Cologne. De 2000 à 2002, il a été chargé de cours à l’école supérieure professionnelle de Düsseldorf et depuis 2002, il est professeur de typographie à l’université des Sciences appliquées de Mayence. Depuis 2004, il participe au projet decodeunicode.org, mis en ligne en 2005. Il travaille actuellement sur une fonte cunéiforme numérique.

www.designinmainz.de
www.decodeunicode.org
www.gutenberg-intermedia.de
www.fh-mainz.de/gestaltung

Ensad Lab Type II

| 27 février 2013 | 18h30 | salle A1-172 | image
ELT-Incision-&-ELT-Gaston

Création de caractères originaux destinés à la lecture sur supports papier et électronique.

Le programme de recherche Ensad Lab Type a été fondé, à l’École nationale supérieure des arts décoratifs (Paris), en 2008, dans l’esprit d’un laboratoire de recherche et de création en équipe. Pour chaque cycle, dont la durée varie entre deux et trois ans, nous définissons en amont le projet de recherche qui nous intéresse et le cadre de son développement. Nous incluons les aspects historiques aux questions formelles et esthétiques. Nous prenons en compte le contexte d’utilisation des alphabets que nous créons, en nous appuyant sur les derniers développements techniques. 

Après Hong Kong, toute l’équipe d’Ensad Lab Type II, programme typographique du Laboratoire de recherche de l’Ensad, déroule une reprise de son travail de création mené depuis octobre 2010 avec les étudiants chercheurs
Thomas L’Excellent, Virginie Poilièvre, ChristinaPoth, Haruko Sumi, les experts et professeurs invités Matthew Carter, Bruno Maag, Catherine de Smet, sous la conduite des directeurs de recherche André Baldinger & Philippe Millot. Ce programme suit celui consacré aux premiers alphabets imprimés à Paris dont sont issus les caractères ELT SorbonRomain et ELT SorbonGothique présentés en 2010 à l’ATypI à Dublin.

ensadlab.type@ensad.fr

Ypsilon Editeur

| 28 novembre 2012 | 18h30 | salle A1-172 | image

«Approchant d’un rite la composition typographique»
Intervention d’Isabella Checcaglini

Au commencement, le Coup de Dés, qui est la pierre angulaire des rapports entre littérature et typographie et des projets d’Ypsilon.
Deux questions me tiennent à cœur: qu’est-ce que la littérature apporte à la typographie ? Qu’est-ce que la typographie apporte à la littérature?
Il s’agit de se confronter aux liens invisibles et manifestes que les lettres entretiennent avec la lettre, la mise en page avec la page, la lisibilité avec la lecture, l’esthétique avec l’éthique.
Un travail d’équipe est indispensable: Sébastien Morlighem, historien de la typographie, & Pauline Nuñez, graphiste, partagent avec moi cette recherche de la pierre philosophale!

Biographie
Isabella Checcaglini est née en 1975 à Foligno (petite ville italienne où en 1472 la Divine Comédie fut imprimée pour la première fois), elle vit à Paris depuis 1994. Docteur ès lettres (avec une thèse sur Mallarmé), elle fonde Ypsilon Éditeur en 2007. Depuis elle se consacre jour et nuit au métier d’éditeur.

www.ypsilonediteur.com

Toan Vu-Huu

| mercredi 23 mai 2012 | 18h30 | salle A1-172 | image

10 ans à Paris
Toan Vu-Huu est un graphiste allemand, il s’installe à Paris en 2002. Pour la conférence, il présentera son parcours professionnel et ses aventures dans la conception graphique et typographique.

Biographie
Toan Vu-Huu est graphiste indépendant et enseignant. Né en Allemagne, il vit et travaille à Paris. Après ses études en arts appliqués, il rejoint l’atelier Intégral Ruedi Baur et associés à Paris, au sein duquel il reste 5 ans. Il y prend en charge des projets tels que l’identité de l’aéroport de Cologne Bonn et de la Cinémathèque française.
En 2005, il crée son propre atelier avec l’envie de poursuivre une pratique pluridisciplinaire — identité visuelle, signalétique, scénographie, édition et nouveaux médias — et continue d’apporter un regard singulier sur le contenu, son sens, sa forme graphique et son expression typographique. 
Ses commanditaires sont principalement issus du domaine culturel: l’École Estienne, Sciences Po, la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, la Cité des Sciences,  le Familistère de Guise, le Centre d’art contemporain de Clichy ou encore la Galerie Joseph Tang. Son travail éditorial l’a amené à travailler pour des artistes contemporains comme Christian Boltanski, Sophie Calle, Alain Huck ou Walid Raad.
Son travail est régulièrement primé et exposé internationalement (Type directors club de Tokyo, Selected A, Biennale de Brno, Triennale de Trnava, Triennale de Toyama); et publié dans la presse et l’édition spécialisées (Étapes, Intramuros, Graphê, Graphic, Novum, Slanted, Gestalten).   
En 2006, il souhaite transmettre sa passion pour la typographie et commence donc à enseigner à l’École supérieure d’art et design d’Amiens, puis à l’École nationale supérieure des arts décoratifs de Paris. Il est fréquemment invité à donner des conférences, animer des workshops ou à participer à des jury de diplômes en France et à l’étranger.
Depuis 2008, il réalise un nombre grandissant de projets avec son associé André Baldinger sous le nom de Baldinger•Vu-Huu.

www.toanvuhuu.com
www.baldingervuhuu.com

Jean-Baptiste Levée

| mercredi 22 février 2012 | 18h30 | salle A1-172 | image

Quel est le sens de la vie?
Comment trouver le grand amour?
Et finir quelques projets?

Ce sont ces questions, et quelques autres, auxquelles on tentera de répondre par la présentation d’une poignée de réalisations récentes. La création de caractères typographiques n’opérant pas ex nihilo, les problématiques et les enjeux afférents seront analysés. Dans le but de documenter une pratique quotidienne de la création typographique, les références, sources d’inspirations et méthodologies de travail seront exposées via des projets récents.

www.jblt.co
www.batfoundry.com
www.atypi.org
www.zone-opaque.org
www.esam-c2.fr

Gavillet & Rust

| mercredi 23 mars 2011 | 18h30 | salle A1-172 | image

Typography In An Expended Field — intervention de Nicolas Eigenheer —
Le bureau Gavillet et Rust est à la fois un bureau de design et une fonderie. Cette particularité permet de disposer à la source d’outils typographiques, qui servent à la réalisation des projets, allant de la simple utilisation, à la « customisation », en passant par une nouvelle idée de caractère et parfois une nouvelle création.
Pour illustrer cela, Nicolas Eigenheer présentera l’identité visuelle du Frac Champagne-Ardenne, différents caractères qui ont été développé spécifiquement dans le cadre d’un projet (livre, identité) et la fonderie Optimo.

Gavillet & Rust
Gavillet & Rust est un studio de design graphique créé en 2001 par Gilles Gavillet et David Rust, et rejoint en 2006 par Nicolas Eigenheer. Ils travaillent pour des clients dans les domaines culturel et commercial avec un accent portés sur le design éditorial, les identités de marque et le développement de caractères typographiques grâce à leur fonderie de caractères numériques Optimo. Le studio est responsable de la direction artistique de l’éditeur JRP | Ringier depuis 2004. Leurs travaux récents incluent la conception éditoriale pour le Centre Pompidou à Paris, la direction artistique de Ikepod, la marque de montres du designer Marc Newson et l’identité de marque pour le label de Jay-Z, Roc Nation.

Nicolas Eigenheer
Nicolas Eigenheer vit et travaille en Suisse. Il est diplômé de l’écal (école cantonale d’art de Lausanne) où il a étudié en design graphique. Depuis 2006, il travaille avec le bureau Gavillet & Rust (www.gavillet-rust.com), avec qui il œuvre principalement au design de livres pour l’éditeur JRP-Ringier (www.jrp-ringier.com), mais aussi à la conception de divers imprimés pour des expositions ou pour des institutions, comme récemment le frac champagne-ardenne, dont le bureau a conçu l’identité visuelle. Dans le cadre de ces projets, il s’intéresse particulièrement à l’usage de la typographie et il développe parfois des caractères typographiques spécifiques, comme le caractère de titre Material (ww.optimo.ch), designé pour le livre Jim Shaw. Distorted Portraits & Faces ou le px-grotesk designé pour le livre Carsten Nicolai. Static Fades.

www.gavillet-rust.com
www.optimo.ch

Fanette Mellier

| mercredi 12 janvier 2011 | 18h30 | salle A1-172 | image

Dans la lune, etc
Cette conférence sera l’occasion de présenter les travaux graphiques récents, issus de commandes ou de cartes blanches.
La couleur y joue un rôle fondamental, en terme de fonctionnalité et d’exploration plastique.
La phase d’impression (offset ou sérigraphie) y revet souvent une dimension expérimentale et permet d’aborder différentes questions, liées à la temporalité, la matière ou l’aléatoire…

www.fanettemellier.com

Thomas Huot-Marchand

| mercredi 8 décembre 2010 | 18h30 salle A1-172 | image

Depuis la fin de ses études aux beaux-arts de Besançon et de Madrid, puis à l’Atelier National de Recherche Typographique (ANRT), Thomas Huot-Marchand partage son temps entre l’enseignement, la création de caractères typographiques et le design graphique. Il enseigne à l’école des beaux-arts de Besançon et intervient régulièrement à l’école supérieure d’art et de design d’Amiens, notamment dans le cadre du post-diplôme «systèmes graphiques, typographie & langage», et anime souvent des workshops dans plusieurs écoles d’art en France. Lauréat du fonds d’incitation à la création (Fiacre) en 2003, il a également été pensionnaire à l’Académie de France à Rome – Villa Médicis en 2006-2007. Le Minuscule, un caractère qu’il a dessiné pour les très petits corps, a reçu le Certificate of Excellence in Type Design du Type Directors Club de New York dans le concours TDC2 2005. Erik Spiekermann a également élu le Minuscule comme «Favourite Font of 2007», et Paul Shaw comme l’une des «Ten Typefaces of the decade» dans Imprint. Son travail graphique s’appuie principalement sur des systèmes typographiques: la plupart de ces travaux de commandes sont l’occasion pour lui de développer de nouveaux alphabets, dont certains sont, ou seront, diffusés par le biais de sa fonderie, 256tm. Thomas Huot-Marchand à récemment rejoint l’Alliance Graphique Internationale.

Le 8 décembre, Thomas Huot-Marchand présentera quelques-uns de ses derniers travaux, et des alphabets inédits.

www.thomashuotmarchand.com
www.256tm.com

Anette Lenz et Vincent Perrottet

| mercredi 24 mars 2010 | 18h30 | salle A1-172 | image

Le graphisme est un art vivant

Trop souvent, le graphisme est réduit à une fonction d’information visuelle des publics sur des événements ou des propositions sensés les concerner. Cette définition apparente à tort cette discipline à “faire de la publicité”. (ou la publicité)

Anette Lenz et Vincent Perrottet sont des créateurs dont le moyen d’expression est la conjugaison des formes graphiques.
Ils travaillent comme tout artiste… en résistance et dans la perspective de toucher l’autre à l’endroit de son intelligence et de sa sensibilité.
Leurs images accompagnent et mettent en formes les sujets que leur confient les commanditaires qui leur accordent leur confiance (et réciproquement) et ont une double fonction: informer et permettre de se réfléchir dans des formes originales.
L’ expression de l’art vivant (théâtre, danse, musique…) reste en France un espace de liberté visuelles qui permet d’inscrire
dans l’espace public de véritables créations graphiques.

accès

Université Paris 8 – Bâtiment A
département Arts Plastiques
2 rue de la Liberté, 93 Saint-Denis
métro Saint-Denis – Université
maps Google