graphisme.design

Cycle de conférences proposé par le département Arts Plastiques de l’Université Paris 8, dirigé par Félix Müller, assisté par Jérémie Baboukhian.

Des personnalités du design graphique, de la typographie, de l’édition... dont le travail se fait remarquer y interviennent régulièrement pour présenter leurs projets et leurs partis pris.

Cette année, les conférences sont transformées en «live talks» sur Instagram. Chaque direct est diffusé selon la programmation sur le compte @graphismepointdesign.
Suivez-nous!

Gavillet & Rust

| mercredi 23 mars 2011 | 18h30 | salle A1-172 | image

Typography In An Expended Field — intervention de Nicolas Eigenheer —
Le bureau Gavillet et Rust est à la fois un bureau de design et une fonderie. Cette particularité permet de disposer à la source d’outils typographiques, qui servent à la réalisation des projets, allant de la simple utilisation, à la « customisation », en passant par une nouvelle idée de caractère et parfois une nouvelle création.
Pour illustrer cela, Nicolas Eigenheer présentera l’identité visuelle du Frac Champagne-Ardenne, différents caractères qui ont été développé spécifiquement dans le cadre d’un projet (livre, identité) et la fonderie Optimo.

Gavillet & Rust
Gavillet & Rust est un studio de design graphique créé en 2001 par Gilles Gavillet et David Rust, et rejoint en 2006 par Nicolas Eigenheer. Ils travaillent pour des clients dans les domaines culturel et commercial avec un accent portés sur le design éditorial, les identités de marque et le développement de caractères typographiques grâce à leur fonderie de caractères numériques Optimo. Le studio est responsable de la direction artistique de l’éditeur JRP | Ringier depuis 2004. Leurs travaux récents incluent la conception éditoriale pour le Centre Pompidou à Paris, la direction artistique de Ikepod, la marque de montres du designer Marc Newson et l’identité de marque pour le label de Jay-Z, Roc Nation.

Nicolas Eigenheer
Nicolas Eigenheer vit et travaille en Suisse. Il est diplômé de l’écal (école cantonale d’art de Lausanne) où il a étudié en design graphique. Depuis 2006, il travaille avec le bureau Gavillet & Rust (www.gavillet-rust.com), avec qui il œuvre principalement au design de livres pour l’éditeur JRP-Ringier (www.jrp-ringier.com), mais aussi à la conception de divers imprimés pour des expositions ou pour des institutions, comme récemment le frac champagne-ardenne, dont le bureau a conçu l’identité visuelle. Dans le cadre de ces projets, il s’intéresse particulièrement à l’usage de la typographie et il développe parfois des caractères typographiques spécifiques, comme le caractère de titre Material (ww.optimo.ch), designé pour le livre Jim Shaw. Distorted Portraits & Faces ou le px-grotesk designé pour le livre Carsten Nicolai. Static Fades.

www.gavillet-rust.com
www.optimo.ch

Fanette Mellier

| mercredi 12 janvier 2011 | 18h30 | salle A1-172 | image

Dans la lune, etc
Cette conférence sera l’occasion de présenter les travaux graphiques récents, issus de commandes ou de cartes blanches.
La couleur y joue un rôle fondamental, en terme de fonctionnalité et d’exploration plastique.
La phase d’impression (offset ou sérigraphie) y revet souvent une dimension expérimentale et permet d’aborder différentes questions, liées à la temporalité, la matière ou l’aléatoire…

www.fanettemellier.com

Thomas Huot-Marchand

| mercredi 8 décembre 2010 | 18h30 salle A1-172 | image

Depuis la fin de ses études aux beaux-arts de Besançon et de Madrid, puis à l’Atelier National de Recherche Typographique (ANRT), Thomas Huot-Marchand partage son temps entre l’enseignement, la création de caractères typographiques et le design graphique. Il enseigne à l’école des beaux-arts de Besançon et intervient régulièrement à l’école supérieure d’art et de design d’Amiens, notamment dans le cadre du post-diplôme «systèmes graphiques, typographie & langage», et anime souvent des workshops dans plusieurs écoles d’art en France. Lauréat du fonds d’incitation à la création (Fiacre) en 2003, il a également été pensionnaire à l’Académie de France à Rome – Villa Médicis en 2006-2007. Le Minuscule, un caractère qu’il a dessiné pour les très petits corps, a reçu le Certificate of Excellence in Type Design du Type Directors Club de New York dans le concours TDC2 2005. Erik Spiekermann a également élu le Minuscule comme «Favourite Font of 2007», et Paul Shaw comme l’une des «Ten Typefaces of the decade» dans Imprint. Son travail graphique s’appuie principalement sur des systèmes typographiques: la plupart de ces travaux de commandes sont l’occasion pour lui de développer de nouveaux alphabets, dont certains sont, ou seront, diffusés par le biais de sa fonderie, 256tm. Thomas Huot-Marchand à récemment rejoint l’Alliance Graphique Internationale.

Le 8 décembre, Thomas Huot-Marchand présentera quelques-uns de ses derniers travaux, et des alphabets inédits.

www.thomashuotmarchand.com
www.256tm.com

Anette Lenz et Vincent Perrottet

| mercredi 24 mars 2010 | 18h30 | salle A1-172 | image

Le graphisme est un art vivant

Trop souvent, le graphisme est réduit à une fonction d’information visuelle des publics sur des événements ou des propositions sensés les concerner. Cette définition apparente à tort cette discipline à “faire de la publicité”. (ou la publicité)

Anette Lenz et Vincent Perrottet sont des créateurs dont le moyen d’expression est la conjugaison des formes graphiques.
Ils travaillent comme tout artiste… en résistance et dans la perspective de toucher l’autre à l’endroit de son intelligence et de sa sensibilité.
Leurs images accompagnent et mettent en formes les sujets que leur confient les commanditaires qui leur accordent leur confiance (et réciproquement) et ont une double fonction: informer et permettre de se réfléchir dans des formes originales.
L’ expression de l’art vivant (théâtre, danse, musique…) reste en France un espace de liberté visuelles qui permet d’inscrire
dans l’espace public de véritables créations graphiques.

Ian Party


| mercredi 6 janvier 2010 | 18h30 | salle A1-172 | images
Ian Partyian

Louis XIV n’est pas monté au col du Sanetsch… mais aurait sans aucun doute feuilleté SangBleu ou l’histoire de nouvelles polices de caractère suisse.

Né à Lausanne en 1977, il étudie le design graphique à l’ECAL (Ecole Cantonale d’Art de Lausanne puis obtient un master en type design au Type and Media course à La Haye. Il fonde en 2004 avec Maxime Buechi la typofonderie B&P Typefoundry et collabore régulièrement à Sang Bleu magazine. Il travaille actuellement à Lausanne ou il enseigne le dessin de caractère et le graphisme à L’ECAL.
Police de caractère crée par Ian Party ( Suisse BP, Romain BP, SangBleu BP, Didot BP, Esquire, Hebdo, Celsian)

plus d’info sur le site personnel de Ian Party et sur BP Foundry

Damien Gautier / Trafik

| mercredi 29 avril 2009 | 18h30 | salle A1 172 | image
damien-gautier

Damien Gautier est tombé dans la typographie quand il était grand, après des études scientifiques pour combler ses parents qui l’auraient aimé ingénieur en optique.
Une rencontre majeure l’attirera vers le métier de graphiste dont il ignorait jusqu’à l’existence.

Son apprentissage de la typographie au sein de l’atelier de création typographique de l’École Estienne après avoir rencontré un premier professeur passionné qui tenta de faire comprendre les vertus des exercices basés sur l’enseignement qu’il avait lui-même reçu à Bâle au jeune élève qui pensait naïvement que le Mac permettait juste d’“aller plus vite”!

Au-delà de l’anecdote, il faut sans doute voir une explication à sa manière d’envisager sa pratique de la typographie et du design graphique.

Une approche raisonnée – obsessionnelle diront certains – pour comprendre ce qui se cache derrière une composition qui “fonctionne”, derrière une affiche qui, bien qu’elle ait été conçue il y a plus de 50 ans, a toujours la même force, derrière une mise en page qui “tient debout”.

Mais une volonté toute aussi forte de démontrer que cette approche est “soluble” dans une pratique résolument contemporaine au sein de l’atelier “Trafik” (dont il est co-fondateur en 1997 avec Pierre Rodière), au carrefour de la typographie, de l’édition, du multimédia et de la communication visuelle.

C’est dans cette optique qu’il conçu un premier livre “Typographie, guide pratique” (Pyramyd).
Et c’est au départ par défi, puis parce que convaincu de sa nécessité, qu’il se lança dans la rédaction d’un deuxième sur la mise en page (au sens large) qui sortira prochainement aux éditions Niggli et Pyramyd.

Il enseigne depuis plusieurs années au sein du DNAT design graphique de l’école nationale supérieure des beaux-arts de Lyon.
www.lavitrinedetrafik.fr

David Poullard

| mercredi 18 mars 2009
18h30 – salle A1 172 | image

Le cul entre trois chaises

C’est ainsi que je pratique, bon gré mal gré, mon métier. Trois territoires qui se chevauchent, se frottent, s’opposent parfois, se nourrissent souvent: la commande, le «hors-commande», l’enseignement. Trois tiers d’un tout avec lequel je jongle, m’essouffle ou jubile, c’est selon. Et au milieu de ce tout, comme point commun, le mot, les mots, les mots proches, et les lettres qui leurs donnent formes. M’y attacher.

Notes biographiques

David Poullard est dessinateur de caractères typographiques, graphiste et enseignant. Son champ d’investigation est l’interrogation du quotidien, et plus spécifiquement l’étude des écritures exposées et des pratiques sociales qui les génèrent.

Il dessine à partir de 1999 la série des Ordinaires, caractères typographiques inspirés des noms de stations en carrelage présentes dans le réseau métropolitain parisien. À la demande de la RATP, il dessine en 2001, en collaboration avec Julien Gineste La Métropolitaine, caractère typographique destinée à composer les noms des stations de style Guimard puis en 2004 un caractère destiné à composer les destinations sur les supports à LED des tramways et de certaines lignes de RER.

Dans le champ de l’édition, il a notamment réalisé le catalogue de l’exposition R/B, Roland Barthes (Centre Pompidou), en collaboration avec Philippe Lakits, et plus récemment Fernand Deligny, œuvres, ouvrage primé au concours de plus beaux livres français en 2007.

En compagnie de Florence Inoué et de Guillaume Rannou, il développe depuis 2001 des projets destinés à questionner nos habitudes langagières, à fouiller les ressorts de notre oralité. Un corpus de 210 «locutions figées» a été mis jour et contextualisé sous diverses formes (tracts, affiches, inscription monumentale). Un Précis de conjugaisons ordinaires, ouvrage paru en 2006, propose à qui veut 190 verbes «nouveaux», déclinés de locutions et expressions françaises.

Il mène actuellement, dans le cadre d’une bourse du Cnap, une recherche: «Ces lettres dans lesquelles on circule», tentative d’interrogation de l’environnement scriptural des villes françaises.

Anne Denastas et Camille Gallet

| mercredi 11 février 2009 | 18h30 | salle A1-172
image
denastas_gallet_OK

Histoire d’un projet éditorial

En 2005-06, Anne Denastas et Camille Gallet ont collaboré à la création d’un livre de sensibilisation à la typographie édité chez Niggli (Suisse). Cette conférence sera l’occasion pour elles d’évoquer les différentes étapes de l’élaboration d’Une Initiation à la typographie et plus largement d’aborder la conception d’un livre depuis son idée jusqu’à son édition.

Anne Denastas (1976) est diplômée de l’école des Beaux-Arts de Mulhouse et de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris, elle a effectué un stage d’un an chez les Ballmer à Bâle en Suisse et dit avoir beaucoup appris de cette expérience. Elle est graphiste indépendante depuis 2005. Actuellement, elle collabore régulièrement avec Myriam Barchechat sous le pseudonyme Dasbat. Elles ont pour commanditaires des institutions culturelles, plusieurs galeries, artistes et éditeurs.
www.dasbat.com

Après des études littéraires, Camille Gallet (1980) rentre à l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris. Elle poursuit ses études de design graphique pendant un an à l’école des Beaux Arts de Berlin avant d’être diplômée de l’ENSAD. Depuis 2006, elle travaille à Paris comme graphiste indépendante. Orientée vers le design imprimé, elle travaille essentiellement pour le domaine culturel, collaborant régulièrement avec Cécile Boyer et Emmanuel Pevny sous le nom Atelier trois.

www.camillegallet.fr

Etienne Robial


mercredi 7 mai 2008 | 18h30 | salle A1-172 | image
Etienne Robial

Au fil des années, Étienne Robial a toujours sû inventer et ré-inventer sa profession.
Dans les années 70, il a co-fondé la maison d’édition de bande-dessinée FUTUROPOLIS.
Aujourd’hui, son travail est incontournable, par exemple à travers les systèmes d’identité visuelle et les habillages de CANAL+, M6, I>TELE et bien d’autres chaînes télévisées encore.

Eléments biographiques
Après une formation artistique à l’Ecole des Beaux-arts en France et à l’Ecole des Arts et Métiers de Vevey (Suisse), Etienne Robial débute sa carrière, en 1970, comme directeur artistique (Disques Barclay, Editions Filipacchi).
Co-fondateur, en 1972, de FUTUROPOLIS, maison d’édition de livres d’images et de Bande Dessinée (450 titres au catalogue, 30 collections de conception originale) qu’il dirige jusqu’en 1994. Notamment éditeur de Florence Cestac, Ever Meulen, Swarte, Tardi, Götting, Baudouin…
Spécialiste de systèmes graphiques évolutifs, numéros zéro pour la presse, d’images de marques et d’identités visuelles d’entreprises (PSG, Editions Verticales, CNC et des nombreuses filiales du Groupe CANAL+).
Co-fondateur, en 1982, de ON/OFF, société de productions spécialisée dans la conception d’identité de chaîne et d’habillage d’antenne : CANAL+ (1984), la sept (1986), M6 (1987), SHOW TV (1991), RTL puis RTL9 (1994-1995), CANAL+ (1995), I>TELE (2004), CANAL+family (2007) et nombreux génériques pour d’autres chaînes.
Directeur Artistique du CANAL+ depuis sa création (1984).
Professeur d’art graphique à l’ESAG – Penninghen (Ecole Supérieure d’Arts Graphiques).
Il reçoit au PROMAX/BDA (2006) the Outstanding Achievement Award.
Etienne Robial est né en 1945 à Rouen.

Mathieu Meyer

| mercredi 26 mars 2008 | 18h30 | salle A1-172
image
mathieu-meyer

Je suis interface

Le besoin d’interactivité croissant dans tous les champs de la communication dépasse ce qui est jusqu’alors défini comme « design graphique ». Sur la base de ses travaux personnels, professionnels et réalisés à l’école, principalement dans le domaine de l’édition, Mathieu voit dans le designer graphique une interface à forte dimension d’auteur.

Mathieu Meyer, un designer graphique indépendant en transition entre la France et la Suisse, l’école et le monde professionnel. Après un cursus en France et un diplôme de l’ECAL (Ecole Cantonale d’Art de Lausanne) en design graphique (2007), Mathieu travaille ensuite avec Intégral Ruedi Baur et associés à Paris et actuellement avec Lehni & Trüb à Zurich.

www.mathieumeyer.com

deValence

| mercredi 20 février 2008
18h30 | salle A1-172 | image
deValence

Alexandre Dimos et Gaël Etienne évoqueront leur rapport au texte, notamment au travers de différents exemples d’ouvrages: des plus intimistes et conceptuels (livre/signalétique pour Saâdane Afif à la biennale de Lyon) aux plus largement diffusés (collection Champs pour Flammarion).

Créé en octobre 2001 par Alexandre Dimos et Gaël Étienne, le studio deValence s’attache à développer une démarche singulière dans le domaine du design graphique.

L’atelier travaille principalement dans le champ culturel et son activité est structurée par l’éditorial. Attaché à traduire la spécificité de chaque projet et la diversité des situations de commande, deValence élabore son travail sur l’étude minutieuse du contenu. Ainsi, réfutant l’idée de style graphique, chaque proposition répond à des problématiques particulières, ce qui peut entraîner la conception et l’utilisation d’outils de travail propres à l’atelier: caractères typographiques originaux ou point de vue photographique pour certaines publications. Enfin, l’atelier attache une attention particulière à la gestion typographique, élément primordial dans la visibilité et la qualité d’une communication.

En septembre 2003, Alexandre Dimos et  Gaël  Étienne ont créé avec  trois partenaires l’association F7, dont l’objectif est de  contribuer à  une meilleure compréhension du design graphique, de son statut et  de  ses enjeux. Ils organisent régulièrement des conférences avec des designers graphiques français et étrangers et développent une activité éditoriale.

www.devalence.net | www.fsept.net

Hans-Jurg Hunziker

| mercredi 12 décembre 2007
18h30 | salle A1-172 | image
hunziker

Le concept du caractère Siemens

Apprentissage comme compositeur typographe à Zurich. Formation continue à l’Ecole des arts décoratifs de Bâle. Dessinateur de caractères de 1967–1971 chez Mergenthaler Linotype à Brooklyn, New York. Avec Matthew Carter nous sommes responsable du développement de caractères pour la photocomposition.

Collaborateur d’Adrian Frutiger à Paris. Participe à des créations telles que l’Univers cyrillique, le Métro, le Frutiger.

Indépendant depuis 1976: design graphique et création de caractères.
De 1980 à 1983, dans le cadre d’un projet de développement des Nations Unies, développement de caractères arabes et formation de dessinateurs de lettres à l’Institut de recherche et d’étude pour l’arabisation à Rabat, Maroc.

Enseignant au cours préparatoire à l’Ecole supérieure des arts décoratifs à Zurich et directeur de recherche de l’Atelier national de recherche typographique. Actuellement co-responsable dans le domaine de la création de caractères, cours de post-diplôme, à l’Ecole supérieure d’arts de Zurich.

L’activité typographique dans le cadre de l’atelier h à concerné presque exclusivement le domaine culturel: Centre Pompidou, Cité de la musique, Institut du Monde arabe, Bibliothèque nationale. Aujourd’hui son activité s’est tournée vers la transmission de son expérience professionnelle.

Philippe Millot

| vendredi 1er juin 2007
15h30 | salle A1-172 | image
philippe-millot

De Beckett à Beckett

« Le sujet de la conférence portera sur les derniers livres réalisés.
En mars 2006 je terminai de concevoir un livre consacré à Samuel Beckett.
En mars 2007 je terminai de concevoir un autre livre consacré à Samuel Beckett. »

Philippe Millot partage son temps entre son activité de designer indépendant (depuis 1992) et l’enseignement de la typographie à l’École nationale supérieure des arts décoratifs de Paris (depuis 1999). Par ailleurs, il est membre de l’Alliance Graphique Internationale.

Andre Baldinger

| vendredi 27 avril 2007
15h30 | salle A1-172 | image
baldinger

Caractère suisse

La typographie et la création de caractères font intégralement partie de son travail en tant que concepteur visuel. Souvent, ils y jouent même un rôle principal. Ils sont à la fois terrain d’expérimentation et fil rouge dans le développement de ses concepts.

André Baldinger est concepteur visuel et typographe suisse. Après des études à Zürich, il arrive en 1992 à Paris où il étudie pendant deux ans à l’Atelier National de Création Typographique (ANCT), devenu depuis l’Atelier National de Recherches Typographiques (ANRT).

En 1995, il fonde son propre bureau. Ses projets sont surtout inscrits dans le domaine culturel, mais également dans celui des institutions et de l’industrie, sans oublier des projets alternatifs, des scénographies pour le théâtre et des projets tridimensionnels. Créateur des caractères, il a conçu le Newut et le B-Dot, les deux distribués sous son label ambplus.com. Il a conçu une série de caractères spécifiques: la famille de caractères pour l’identité de la Cité Internationale, une police de caractères pour un projet de la signalétique de la Tour Eiffel et le caractère pour une des grandes chaines de télévision allemande.

Lauréat d’une bourse de l’État français et d’une bourse de la Confédération suisse, ses travaux sont régulièrement publiés, exposés et primés (Idea, Print, Etapes, Phaidon, Die Gestalten, Type Directors Club Tokyo, Type Directors Club New York, 100 meilleures affiches D-CH-A…). En 2005 la Banque Nationale suisse l’a invité à participer au concours des nouveaux billets suisses.

Il a enseigné pendant plusieurs années à l’ECAL à Lausanne, à la HKB à Bern et à l’ANRT à Nancy. A Zurich il se partage l’enseignement de la création de caractères à la hgk Z avec Hans Jürg Hunziker. Il enseigne depuis octobre’06 la typographie et la communication visuelle à l’ENSAD à Paris. En 2003 il devient membre de l’Alliance Graphique Internationale en France.

www.ambplus.com

Jean-Francois Porchez

| vendredi 19 janvier 2007 | 15h00
salle A1-175 | image
porchez

Hasard ne rime pas avec création de caractères

Jean-François Porchez présentera quelques projets récents et tentera de démontrer qu’il n’y a pas de hasard dans la création de caractères contemporaine. Comme dans tout projet graphique, réflexion, échange, cahier des charges sont des préalables à la création d’un nouveau caractère.

Après avoir travaillé comme créateur & conseiller typographique chez Dragon Rouge, Jean François Porchez (1964) a créé le nouveau caractère du journal Le Monde en 1994. Pour Linotype,il a recréé en 2002 le Sabon (Next), une recréation du Garamond de Jan Tschichold. Aujourd’hui, il conçoit des caractères spécifiques pour le Baltimore Sun, Beyoncé Knowles, le Boston Consulting Group, les croisières Costa, France Télécom, Peugeot, la RATP (Transports Parisiens) & assure la distribution de ses caractères via typofonderie.com.

Il est président de l’Association Typographique Internationale (ATypI). Il donne régulièrement des conférences, enseigne la création de caractères à la Reading University (Grande Bretagne) dans le cadre du MA typefaces design à en tant que visiting professor et conduit des ateliers de création de caractères à travers le monde.

Il a reçu le Prix Charles Peignot en 1998 en reconnaissance de ses remarquables contributions dans les domaines de la création de caractères, de la typographie et pour la communauté typographique. Ses caractères FF Angie, Apolline, Ambroise, Anisette, Anisette Petite, Charente, Le Monde Journal, Le Monde Courrier, Deréon, Mencken, Parisine Office ont été primés lors de concours internationaux de design et création de caractères.

www.typofonderie.com | www.typographe.com | www.porchez.com

accès

Université Paris 8 – Bâtiment A
département Arts Plastiques
2 rue de la Liberté, 93 Saint-Denis
métro Saint-Denis – Université
maps Google